Où trouver des vêtements pour boulanger ?

vêtements pour boulanger

Parmi les professions qui continuent de faire rêver et qui détiennent une charge poétique certaine, le métier de boulanger arrive très certainement en tête de liste. Pourtant, les chiffres sont révélateurs, la pénurie de professionnels ne cesse de s’aggraver et avec elle s’invite une certaine difficulté pour les professionnels de la boulangerie pâtisserie traditionnelle à s’approvisionner en vêtements de qualité dédiés à la pratique de leur métier.

Où trouver des vêtements professionnels pour la boulangerie ?

Depuis une dizaine d’années, il faut se rendre à l’évidence, les boutiques dédiées à l’habillage professionnel pour les métiers de bouche tendent à se raréfier. C’est particulièrement vrai pour ce qui est des magasins physiques et suivant les agglomérations où ils habitent, certains boulangers se trouvent spécialement dépourvus.
Heureusement, il y a des solutions en ligne tout à fait satisfaisantes pour trouver des pantalons, des toques ou encore une veste de boulanger.

La veste, cette partie emblématique de l’uniforme du boulanger

Bien que l’on parle généralement d’une tenue de boulanger plutôt que d’un uniforme, le terme n’en est pas pour autant galvaudé. Cette profession fait partie des corporations de métiers les plus vieilles de France. Le premier Congrès National de la Boulangerie s’est tenu en 1884, voilà plus d’un siècle.
Outre son art et ses réalisations spécifiques, le boulanger se distingue particulièrement par sa tenue. Elle se compose depuis toujours d’une veste de boulanger, d’un pantalon de boulanger – blanc ou à motif dit pied de poule -, d’un calot (et non d’une toque comme en portent les cuisiniers ou les pâtissiers), d’un tablier ou plus exactement d’un demi-tablier et bien évidemment d’une paire de chaussures, de sécurité de préférence.

De nos jours, la pratique de la boulangerie est sensiblement différente de ce qu’elle fut au cours des siècles précédents. De tous temps, le boulanger était un artisan indépendant qui œuvrait dans son propre fournil et proposait ses produits à la vente dans une boutique attenante ou sur la place du marché. Il était un commerçant indépendant et autonome.
Mais le vingtième siècle et plus particulièrement son dernier quart a vu une importante modification de l’exercice de cette noble profession. Certaines boulangeries se sont agrandies jusqu’à devenir de véritables usines. Certaines enseignes ont gagné en réputation au point de proposer des franchises. C’est ainsi que depuis le début des années 80 la boulangerie moderne s’est divisée en deux branches : la boulangerie traditionnelle d’une part et la boulangerie industrielle d’autre part.

Il n’est pas question ici de débattre des vices et des vertus de l’un et de l’autre de ces deux secteurs d’activité mais, pour en revenir à l’uniforme de boulanger, il apparait maintenant que les entreprises de grande envergure fournissent généralement à leurs employés leur tenue de travail. Ainsi, il n’appartient souvent plus à l’ouvrier boulanger lui-même de se procurer ses vêtements professionnels puisqu’ils lui sont mis à disposition par l’entreprise qui l’emploie.
Parallèlement, l’usage de l’uniforme tend à se perdre dans le secteur de l’artisanat. Dans les petites et moyennes entreprises du secteur de la boulangerie artisanale, il n’est pas rare de voir les boulangers officier en étant vêtus d’un simple T-shirt blanc, jugés moins encombrant, plus facile d’entretien, et souvent offert par les services publicitaires des meuniers ou autres fournisseurs de matières premières spécifiques. D’où un changement dans les habitudes vestimentaires des boulangers. Pourtant les artisans attachés à la veste restent nombreux.

Veste ou T-shirt ?

Pour beaucoup, il semble évident que le T-shirt est définitivement plus pratique que la veste. Et pourtant un certain nombre de boulangers à tous les niveaux de la maîtrise du métier continuent de travailler avec une veste et par voie de conséquence, ont besoin de pouvoir s’en procurer. Qu’est-ce qui explique ce choix persistant ?
Sur le plan symbolique, la veste de boulanger s’affiche comme un véritable signe d’appartenance à la corporation contrairement au T-shirt qui est porté aussi bien dans le secteur du bâtiment que dans celui des espaces verts et qui, dès lors, ne contribue plus précisément à se définir comme partie intégrante d’un uniforme mais plus simplement comme constituant une partie d’une tenue. De plus, le T-shirt est aussi un vêtement porté par une immense partie de la population pour des moments de loisirs ou de détente et il ne véhicule donc pas cette notion de professionnalisme dont est empreinte la veste.

Certains se diront peut-être que la portée symbolique est négligeable lorsqu’il s’agit d’une tenue professionnelle et que pour intéressante, cette particularité n’a de valeur qu’en qualité de simple détail. Ce n’est pourtant pas le cas.
Un professionnel compétent possède un certain amour-propre et une véritable forme de fierté artisanale qu’il entend montrer non seulement par la qualité de son travail et de ses réalisations mais aussi par le caractère soignée de sa tenue.
Pour une qualité de travail équivalente, un ouvrier qui viendra travailler pour la première fois dans un fournil fera probablement une meilleure impression s’il est vêtu d’une veste que d’un T-shirt. De la même façon, un chef boulanger en T-shirt et un chef boulanger en veste ne bénéficient pas de la même autorité à compétences égales.

Louer un camion frigorifique chez une agence spécialisée en ligne
Transport de colis : faut-il passer par un comparateur ?